Comme partout, le soleil fut généreux en Haute Forêt Noire. Nous sommes pourtant arrivés sous la neige (il pleuvait de Luxembourg à Strasbourg durant le trajet aller) et nos petites filles se sont empressées de construire un bonhomme de neige.

    Puis le beau temps s’est installé. En avril, la haute Forêt Noire a 6 semaines de retard sur le printemps « d’en bas ». Le grand mois des fleurs des champs et des prés odorants, ce sont les derniers jours de mai et le mois de juin (une période de « basse saison », idéale pour un séjour). Pâques, si on a du beau temps, c’est cependant du bonheur. les dernières flaques de neige colorient le paysage. Les bruyères sont en fleur. L’Eau est généreuse dans les ruisseaux. Les promenades à moins de 1000 m d’altitude sont possibles.

    Gudrun nettoie et prépare le jardin. Je repeins une partie de la clôture en bois qui longe le sentier. Les balançoires sont sorties. A midi, nous mangeons dehors. Les milans planent au-dessus de l’alpage.

    Cet alpage est idéal pour nos petits enfants. Aucune circulation. Le chemin en cul de sac est parfait pour faire des aller-retour en vélo ou en brouette. Les filles jouent à l’entrée de la forêt, juste derrière le petit gîte (en été, je leur construis une cabane dans les arbres avec pont-levis et seau ascenseur)… ou filent de l’autre côté de l’alpage (à 150 m) où un pin généreux les accueille sous ses branches et une source intarissable remplit leurs petites casseroles.